UA-30529965-1
La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

SACD

 

Contactez-nous

Pôle Auteurs Utilisateurs
9 rue Ballu
75442 Paris cedex 09
01 40 23 44 55
spectaclevivant@sacd.fr

Horaires : 
9.30-17.30 du lundi au jeudi, 9.30-16.00 le vendredi.

 


Déjà jouée plus d'une vingtaine de fois. 

 

Premier casting.

 

Mon agent...

SACD

 

Contactez-nous

Pôle Auteurs Utilisateurs
9 rue Ballu
75442 Paris cedex 09
01 40 23 44 55
spectaclevivant@sacd.fr

Horaires : 
9.30-17.30 du lundi au jeudi, 9.30-16.00 le vendredi.


AU PURGATOIRE

Contact

 

 

(   Au purgatoire des hommes et des femmes d'expérience). 

DEUX FEMMES + DEUX HOMMES. 


environ 1 heure 30 

 

 

 

Claude Cognard. (texte déposé).

 

 

 

Roger, ancien cadre supérieur cache à sa famille que lui et Lydia, sa femme sont devenus clochards. Le couple habite un squat que leur loue un ex-collaborateur au passé trouble. Un jour, alors que ses recherches d’emploi se révèlent infructueuses, Roger reçoit une lettre anonyme d’une SDF qui l’accuse d’être responsable de sa déchéance. Peu à peu, Roger se laisse envahir par les souvenir culpabilisants des vendeuses qu’il a lui-même licenciées . Avec la complicité de son ancienne adjointe, mère célibataire, il décide de retrouver ceux et celles qu’il a renvoyés …

 

(Local précaire –un réchaud à gaz sur un meuble en bois dont une porte est disloquée, quelques objets personnels dispersés (vases– petits éléphants en acajou– une statuette – une petite toile contemporaine.) traces d’un passé petit-bourgeois. Une armoire acajou années 70, dont une porte soutient un costume sur cintre. Du carton bouche la fenêtre. Deux bougies cireuses au centre d’une table camping, chaises pliantes. Une femme sans âge, mal habillée. Lit petite largeur. Roger chauffe de l’eau dans une bouilloire).

 

 

 

ACTE I.

Scène.

Lydia. (à table devant un bol vide et de la Ricoré en poudre).
Répare la porte ! Elle a cogné toute la nuit.
Roger. (il La sert).
C’est ça, je vole une serrure chez Casto ?
Lydia.
Agis ! La porte qui frappe, tes ronflements et tes cauchemars de chômeur, les voisins finiront par porter plainte pour tapage. Assez de cette vie ! des restaus du cœur, assez de m’habiller avec des guenilles, assez de toi… Regarde où nous vivons !
Roger.
C’est mieux que la rue, non ?
Lydia.
Si tu t’étais montré plus conciliant !
(Roger pose la main sur la sienne. Lydia la repousse).
Roger. (Agacé).
tu radotes ! Tu refuses de comprendre que les Tardy cherchaient la faute pour me virer avec le minimum d’indemnités.
Lydia.
Et comme les âneries, c'est ta spécialité !
Roger. (Il s’éloigne puis revient).
Pour la femme du patron, une faute grave se présente fatalement, il faut être patient.
Lydia.
Ta faute s’appelait Diane ! Et, tu affiches une peinture de cette gribouilleuse dans notre taudis. (Elle décroche la toile). Les huissiers l’ont refusée lors de la saisie. Cette ensorceleuse nous a détruits, elle m'a détruite.
Roger.
Diane n’a détruit personne ! Les responsables, ce sont les Tardy et j’aurais dû refuser de négocier et les poursuivre en justice pour harcèlement moral !
Lydia.
En attendant, tu as touché une indemnité !
Roger.
Ma peau, ils auraient pu la payer plus cher !
Lydia.
Ta peau ? Ta peau ! Même pas une peau de croco ! en attendant, le travail ne tombera pas du ciel ? Regarde ce vieil homme qui, à quatre-vingt-quatre ans, conduit un « trente tonnes » !
Roger.
À son âge, qu’il se repose !
Lydia.
Qui veut travailler, travaille ! Wang, à ton âge, a retrouvé du travail !
Roger.
Sans ses frères délinquants, Wang serait devenu SDF, lui aussi.
Lydia.
Tu l’as licencié ! encore une mauvaise décision de ta part …
Roger.
C’est de la graine de délinquant. Il accordait 20 % de remises, aux clients qui acceptaient de lui rendre 10 % en liquide. Au lieu de le licencier, j’aurais pu porter plainte contre lui.
Lydia. (Rire moqueur).
Il aurait pu se réjouir de te retrouver sous les ponts, mais lui il nous tend la main et nous accueille sous ce toit !
Roger. (Les bras en l’air).
A 32 euros la nuitée, pour ce réduit !
Lydia.
Je te rappelle que tout le monde refusait de nous abriter. Wang, on le paiera quand tu retravailleras.
Roger.
Avec la somme qu’on lui devra, on sera morts avant de l’avoir remboursé !
Lydia.
Défaitiste ! Accepte n’importe quel emploi… Moi, j’ai trouvé des heures de...

 

 

 

 Autre Agent artistique...



Politique d'utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies pour stocker des informations sur votre ordinateur.

Acceptez-vous l'utilisation des cookies ?